Par Olivier Bourque - Reportage de voyage

Au départ, c’est un peu le chaos. Le succès dépassant les attentes en est la cause. En sortant de l’ascenseur, au 44e étage de la Place Ville-Marie, les clients se massent, font la file et attendent d’avoir leur place. Certains y resteront même une heure avant qu’on leur trouve une table. Tout le monde prend son mal en patience, car Les Enfants terribles, c’est le restaurant dont tout le monde parle, le plus haut de la métropole. 

En attendant, on nous fait patienter sur la superbe terrasse située à droite du restaurant avec jardin urbain et bar très fréquenté. Le jour de notre passage, le soleil chauffe joyeusement les convives : yuppies du centre-ville, couples qui sirotent un Bloody Caesar, jeunes PDG… On sert du vin, du gin, du rhum ou de la bière. Prix de terrasse !

La vue est imprenable sur trois côtés de la métropole, notamment le Mont-Royal et le centre-ville avec le 1000 de la Gauchetière, dont la pointe arrive à notre hauteur. Deux verres pour se mettre en appétit et c’est déjà le temps d’aller découvrir le restaurant dont on parle tant !

Le premier coup est assez renversant 

Le chic bistro possède un bar central où tout bourdonne (jeudi soir en plein été à Montréal…), tout autour les tables sont occupées et, au fond, une terrasse vitrée où plusieurs dizaines de personnes peuvent s’attabler.

Lors de notre passage, nous avons eu du bol : notre table était située dans un coin de la terrasse avec vue sur le Mont-Royal découpé par le soleil couchant, et avec un autre point de vue sur le fleuve et ses îles.

Les grands classiques québécois revisités !

Pour ceux qui connaissent les autres établissements des Enfants terribles (Île-des-Sœurs, Outremont ou Laval), vous ne serez pas dépaysés, car les cartes (menu, cocktails, boissons alcoolisées) sont identiques. Ce n’est pas parce que vous mangez dans les hauteurs que les prix doivent avoir la même altitude !

On a donc un menu avec des entrées diverses comme les mini pogos de chorizo, des tartares de saumon et de bœuf, des huîtres ou du foie gras torchon à l’hydromel. Mais tous vous le diront, la vedette demeure le boudin noir maison avec gel d’argousier et sauce aux cèpes. On sert une généreuse tranche avec des pommes. Ne vous laissez pas rebuter par le boudin de votre enfance : le plat est simplement divin, parfait pour les hauteurs de la ville !

Le menu fait aussi une belle place aux soupes et salades (betteraves et chèvre chaud, tataki de thon albacore). Pour ceux qui veulent un mets plus consistant, il y a plusieurs sélections de poissons, notamment un Fish & Chips très populaire. Pour notre part, notre choix s’est arrêté sur le filet mignon avec patate au fromage Ciel de Charlevoix et bacon.

Une autre assiette très populaire et conseillée par les serveurs : le pâté chinois à la façon Enfants terribles. Oubliez le «steak, blé d’Inde en canne et patates» de Thérèse dans la populaire émission de télé La Petite vie ! On y met plutôt de la joue braisée, une très riche crème de maïs, de l’huile de truffe et une pomme de terre en purée. C’est délicieux et bourratif ! On se dit : voilà un bistro qui prend les grands classiques québécois pour les revoir avec panache ! On aime…

En dessert, encore là, on fait la belle part aux recettes québécoises, notamment le pouding chômeur ou des propositions incontournables comme le gâteau au fromage et la mousse au chocolat.

Quand la noirceur est tombée, on vient déposer des lampes sur les tables qui se réfléchissent dans la baie vitrée. La nuit montréalaise est encore jeune, au loin une clameur. Meilleure façon d’amorcer une soirée réussie.

Tout cela, pour un prix très raisonnable, compte tenu de la qualité, de l’emplacement et de la vue.

Découvrir ou redécouvrir Montréal

Avant de passer voir Les Enfants terribles, on peut visiter les nouveaux aménagements du Sommet de la Place Ville-Marie : l’Observatoire et l’Exposition.

L’Observatoire prend l’allure d’une large terrasse couverte et vitrée Nord-Sud-Est-Ouest baignée de lumière pour admirer la beauté et l’énergie montréalaise.

L’Exposition offre quant à elle une interactivité inédite : au-dessus de comptoirs colorés faisant toujours face à de grandes vitrines sur Montréal, une cinquantaine d’écrans vidéo ont l’air de léviter.

 

Avec notre bracelet magnétique, on active les écrans pour visionner des témoignages, rituels et expériences typiquement montréalais, pouvant satisfaire tous les intérêts et les budgets.

 

Ensuite, on se rend à une borne à partir de laquelle, on peut se concocter un programme de visites sur mesure.

Une soirée complète qui constitue une expérience gastronomique et une aventure «citylife» en soi.

 

Montréal vue du ciel :

chez Les Enfants terribles

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon