Manger à Mexico :

La joie au palais, au quotidien

Par Olivier Bourque - Reportage de voyage

Pour les Mexicains, la nourriture est un mode de vie. Plus encore : pour la diversité des ingrédients naturels, ses techniques, ses rituels, son sens communautaire et ses répercussions sur le développement durable, la cuisine mexicaine est inscrite par l’UNESCO, au patrimoine mondial culturel immatériel de l’humanité.

Dans la capitale, on ne compte plus les comptoirs alimentaires, les taquerias, les petits commerces de jus frais, les cuisiniers ambulants qui assaisonnent la viande tout en écoutant la musique à tue-tête... À Mexico, dans l’ancienne capitale aztèque où le passé rencontre le présent, les choix ne manquent pas.  

Quelle est la spécialité culinaire de Mexico ? Assurément les tacos. Mais dans la mégapole, il y a une vedette : le taco al Pastor (au porc). Les Mexicains font mariner des morceaux de porc et les agglutinent sur une broche pour une cuisson lente. Puis, ils découpent les morceaux qui iront dans le taco.

 

Il y a quelques variantes, mais grosso modo, on accompagne le porc avec la salsa verde (verte) ou salsa roja (rouge), de l’oignon, du fromage Oaxaca, une bonne poignée de coriandre, parfois des petits morceaux d’ananas. On y ajoute de la lime.

Oubliez les tacos que vous aurez mangés dans les hôtels tout-compris qui bordent le littoral : ceux de la capitale sont les meilleurs de tous. Le taco est chaud, avec un petit côté croustillant, les aliments sont frais et les sauces rehaussent le goût. Le bonheur pour seulement quelques dollars.

On ne saurait vous conseiller un endroit ou un autre. Les tacos sont disponibles partout. Et il y a peut-être une centaine de choix différents : avec la guacamole, des crevettes, des frijoles (purée de fèves noires), au bœuf mariné, etc.

Soupe Pozole chez la Casa Tono

Un autre grand classique de la cuisine mexicaine : la soupe ! Le soir venu, les locaux adorent s’attabler devant un grand bol pour déguster un bouillon plein de saveurs. On peut craquer pour la sopa de tortilla (soupe aux tortillas, avec bouillon fait à partir de piments forts, agrémentée de morceaux d’avocat).

Mais une autre soupe se démarque avantageusement : le pozole. Un endroit merveilleux et sans prétention pour le manger dans la capitale demeure la Casa de Tono dans le quartier Zona Rosa (144, rue Londres), un immense restaurant sans prétention fréquenté par plusieurs locaux.

Essentiellement, le pozole est composé d’un bouillon parfois tomaté, de gros morceaux de poulet ou porc, de maïs, de radis et de salade. Mon ami mexicain Pépé accompagne la soupe avec des tortillas ou des tostadas, de la crème sûre et de la sauce aux piments. Un délice.

Craquez pour les ceviches…

On l’oublie souvent, mais les fruits de la mer sont aussi une spécialité mexicaine. Avec des côtes sur le Golfe du Mexique, sur la Mer des Caraïbes et sur le Pacifique, le pays a développé une gastronomie foisonnante avec les produits de la mer.

À Mexico, océan de bitume et ancien lac asséché, le repas le plus populaire demeure le ceviche. Techniquement, il s’agit de morceaux de poissons crus cuits par le sel, le citron ou la lime.

Dans les différents marchés de la capitale, vous pouvez manger ce plat succulent pour quelques dollars (notamment au très joli marché de Coyoacan dans le Sud de la ville). On y met des crevettes, des pétoncles, des oignons, des tomates, de l’avocat, de la coriandre, de la lime. On les mange avec des tostadas ou des petits craquelins.

Les délices de la rue

Manger dans la rue est aussi un sport national à Mexico ! N’hésitez pas à vous commander un jus de fruits frais pour une poignée de petite monnaie.

Une autre perle à découvrir: les tlacoyos, des galettes de maïs, généralement bleues, sur lesquelles on y dépose du fromage Oaxaca, de la sauce forte, des frijoles et du cactus. On n’en retrouve pas partout, mais vous pourrez en dénicher chez les vendeurs ambulants tout près du Bosque de Chapultepec, le grand parc de Mexico.

À l’intérieur du parc, un autre classique : les chicharonnes, des croustilles faites de peau de porc frite. Il vous en coûtera 50 cents pour les déguster avec du jus de lime et de la sauce forte.

Et des douceurs…

Les Mexicains adorent les desserts ! Partout, vous trouverez des petites boulangeries où on retrouve petits pains sucrés, croissants fourrés au caramel… Il y a du choix !

Une bonne adresse : le Café Tacuba (28 rue de Tacuba), un magnifique restaurant aux vitraux spectaculaires. Lorsque les fenêtres sont ouvertes, vous pourrez entendre les joueurs d’orgue de barbarie.

Sous aucun prétexte, il ne faut rater les churros (pâtisseries en forme de fèves, souvent saupoudrées de sucre et fourrées au caramel) et le chocolat chaud épais assez inoubliable ! Tant qu’à y être, craquez aussi pour les enchiladas nappés de sauce. Calorique, mais tellement réconfortant.

En soirée, direction la Plaza Garibaldi pour entendre les mariachis, tous en blanc et en bleu poudre. À la table, on boit une tequila, une mezcal ou une Corona. Au loin, la rumeur de la ville et les vendeurs ambulants du quartier populaire Tepito.

Une détente enivrante dans le brouhaha de la cité.

 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
16107703_10154067976121861_1339523043_o