Vénération :

Pour Shakespeare et le Globe

Par Sylvie Berthiaume - Reportage à destination

Après-midi enrichissant et soirée envoûtante pour tout aficionado de théâtre, d’histoire et d’architecture, sur la rive sud de la Tamise, dans le quartier Southwark de Londres. Là où le Moyen-âge et l’époque victorienne côtoient le superbe pont du Millénium.

Point de rendez-vous : le légendaire théâtre The Globe, dont le principal auteur était Shakespeare, qui figure certainement parmi les cinq plus célèbres prodiges et génies de la culture mondiale.

The Globe d’aujourd’hui est en fait la réplique parfaite du théâtre bâti en 1599 et démoli en 1644. Il fut reconstruit en 1990, à deux rues seulement de l’original, en utilisant la même forme ronde et les mêmes matériaux, soit bois, chaux et chaume. The Globe est aussi surnommé «The Wood O».

 

Théâtre ouvert sur le ciel et sur le monde

Il est encore sans toit. C’est loin d’être un défaut pour l’expérience qu’on y vit, en plus de baigner dans les sages paroles de l’auteur sur l’humanité, aux sens macro et micro.

C'est en effet l’un des rares endroits au monde où l’on assiste à du théâtre à ciel ouvert. En été, la pièce débute même avant qu’il fasse nuit, ce qui confère une luminosité très agréable.

Et il n’est pas rond qu’à l’extérieur, mais à l’intérieur aussi. Autre fait unique, son parterre ne comporte pas de sièges. Les spectateurs ont toujours et sont encore prêts à tout pour voir et entendre du Shakespeare : debout, durant plus de deux heures, en effet.

Tout autour, les gradins disposés sur trois étages offrent, selon le prix du billet acheté, des banquettes ou des tabourets haut-perchés en bois auquel on peut ajouter un coussin loué sur place.

Mais avant d’assister à la pièce, il y a beaucoup de choses fort intéressantes à faire.

Essentielle et absolue promenade

On peut y réserver une promenade dans le quartier immédiat, guidée par un expert de l’histoire de Shakespeare, du Globe et du quartier. C’est alors que l’on voit l’emplacement précis du Globe original, quelques vestiges, un large bas-relief de bronze recréant le quartier et identifiant le Globe, et bien sûr le portrait de Shakespeare. On nous parle aussi du théâtre The Rose, qui était le concurrent direct du Globe, et son voisin.

L’histoire du quartier est des plus croustillantes : étant un lieu d’activités portuaires, il pullulait de pubs, bistros, bordels et divertissements extérieurs, malheureusement sanglants, comme les «bear-baiting», qui consistaient à attacher un ours à un pieu et à le faire attaquer par des chiens puissants spécialement entraînés. Ce qui n’existe plus depuis la fin du 19e siècle.

Conférence, expo, bistro

On peut également assister à une conférence préparatoire sur la pièce. On peut visiter - avec guide ou non - l’exposition au sous-sol, laquelle relate la vie de Shakespeare, son œuvre et la vie quotidienne de Londres à son époque.

Ensuite, on passe au bistro pour se sustenter, et on continue à siroter un verre de vin au jardin en attendant d’entrer dans le lieu sacré.

Après le théâtre, pour la suite des choses

Non rassasié de Shakespeare? On prolonge le plaisir, en passant par la boutique qui, hormis les gadgets touristiques habituels à l’effigie de Shakespeare, comporte une bibliothèque bien garnie en éditions de tous formats de ses œuvres, en différentes langues, ainsi que des outils de familiarisation, notamment pour les jeunes, etc.

On repart en se promettant de poser sur notre table de chevet le recueil de ses 154 fabuleux courts sonnets sur le temps, la beauté, l’amour, la haine et la mort.

 

 

 

 

 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon