Fascination :

Rituels de pierre et d'eau, de vie et de mort

Par Sylvie Berthiaume - Reportage à destination

Voyage dans le temps, hors de la fébrilité urbaine, à Stonehenge et Bath. Deux jours à plonger dans l’histoire, à se recentrer sur le sens de l’existence humaine, et à puiser dans notre imaginaire les images de gens vivant il y a 4 500 ans à l’ère néotlithique et durant l’Âge du bronze (Stonehenge), puis au temps des Romains, au 1er siècle après J.-C., au Moyen-Âge, et durant la période Georgienne du 18e siècle (Bath).

 

Stonehenge et Bath sont, de ce fait et par leurs qualités de réalisation, tous deux inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco.

 

Stonehenge : Cercle de menhirs

Le complexe mégalithique de Stonehenge destiné aux rites funéraires et à de multiples cérémonies - notamment lors des solstices d’été et d’hiver - est celui qui a le plus d’envergure et de sophistication au monde.

 

Lieu mystérieux, mythique et mystique construit selon des règles et calculs astronomiques, il constitue tout autant une démonstration éloquente de la créativité, de la capacité technologique et de la détermination humaine.

 

Dès son apparition dans notre champ de vision et progressivement dans son approche, puis à ses pieds et tout autour, la première impression se veut intériorisée, sublimée.

Ensuite, les questions techniques nous viennent à l'esprit : combien de pierres anciennement et aujourd’hui, quels types, quelles dimensions, qu’est-ce qu’un trilithe, etc.

Les faits sont renversants : ces blocs de grès Sarsen et de pierre bleue de Pembroke furent transportés sur plus de 200 kilomètres.

 

Gigantesques aussi : leur poids varie entre 7 et 40 tonnes chacun, leur épaisseur moyenne est d’un peu plus d’un mètre, leur hauteur atteint 4 mètres et leur largeur 2 mètres. Et les 3 blocs formant chacun des trilithes, présentent des emboîtements parfaits.

Maisons néolithiques

Lors de la visite à Stonehenge, à l’extérieur du musée où l’on peut en apprendre davantage sur le site, on a érigé quelques répliques de maisons néolithiques pour illustrer comment les gens s’abritaient, se chauffaient et se nourrissaient.

 

Démonstrations vivantes et techniques à l’appui sur l'usage des silex, la fabrication des cordes, la mouture du grain, etc.

Bath : ville et bains romains

La curiosité de la plupart des voyageurs est moussée par les bains, mais l’architecture de la ville vaut aussi le déplacement. Il est donc recommandé de prévoir au moins deux heures pour arpenter son centre. Sinon, on risque de passer à côté et de repartir avec des regrets.

Bath, la ville, fut fondée par les Romains sous le nom d'Aquae Sulis, pour utiliser ses inépuisables sources d’eau chaude volcanique (250 000 gallons par jour), au-dessus desquelles furent bâtis des thermes imposants de par leur envergure, et attirants de par les qualités architecturales du Temple de Sulis Minerva. Celui-ci est d’ailleurs reconnu comme le plus important au nord des Alpes.

Puis, la ville entière s’est développée comme une aire de spas, mais aussi grâce à l’industrie de la laine et du textile au Moyen-Âge et à son abbaye médiévale. Par la suite, au 18e siècle Georgien, ce sont l’art et la littérature qui, en plus des élégants édifices palladiens de style néoclassique inspirés de la Vénétie, ont fait la renommée de Bath.

Cité-jardin : à n’en pas douter

Les vues diversifiées sur les immeubles, terrasses, squares fleuris et croissants luxueux - dont le fabuleux Circus composé de 33 portes blanches - entrelacés et entourés de vertes collines, de vallées quadrillées jaune et vert et de champs de fraises, se veulent très divertissantes et photogéniques.

On veut aussi jeter un coup d’œil furtif à l’intérieur de l’Hôtel Royal, où plusieurs membres de la royauté ont séjourné. Autre célébrité adepte de Bath : l’écrivaine émérite, Jane Austen. La campagne et la ville de Bath l’inspiraient, ce qui nous a entre autres gratifié du fabuleux roman «Pride and Prejudice».

Douceurs en prime

Autour de Bath, de coquettes et étroites routes bordées d’arbustes frôlent les fenêtres des maisons. Et surtout, de très grandes fermes laitières. C’est ainsi que Bath fut le premier endroit en Angleterre à produire de la crème glacée, et ce qui explique la multitude de boutiques et guinguettes qui en offrent dans le centre de Bath…

S’il vous est possible de passer une nuit à Bath, vous voudrez sûrement profiter de la visite des bains romains le soir, éclairés à la torche : le grand bain extérieur du Temple de Sulis Minerva est encore ouvert au public.

Le Sud de l’Angleterre a vraiment de quoi nourrir l’âme et le corps. Il n’y a pas que la pluie ou le brouillard… des couleurs aussi!

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon