Par Sylvie Berthiaume - Reportage à destination

La fascination pour le pays des maharajas, ces monarques rajpoutes, piliers de l’empire Indien sous les Moghols puis sous l’empire britannique et jusqu’en 1971, prend vite le dessus sur l’appréhension et les interrogations que l’on peut avoir a priori et avant d’y mettre les pieds.

Après le tumulte des rues de New Delhi, un séjour dans les villes du Rajasthan et leurs environs procure un peu de répit : bien que très animées, elles sont serties des nombreux joyaux historiques que sont les somptueux palais renversants par leur architecture et la richesse de leurs contenus, et les temples hindous qui se démarquent par leurs installations modestes et la ferveur joyeuse des incantations.

Au Rajasthan, située dans le Nord-Ouest de l’Inde, nous avons visité :

Jaipur, la «Ville Rose», capitale du Rajasthan, avec son Palais de la Cité, le Palais des Vents Hawa Mahal et le très surprenant observatoire astronomique Yantra Mandir.

À 10 km de Jaipur, à l’époustouflant Fort d’Amber atteint à dos d’éléphant, on en apprend sur les audiences publiques du souverain, les stratégies de son armée, son harem, dont les tactiques et jalousies entre épouses et concubines, le rôle de ses gardes eunuques, et sur le destin des enfants nés de ses épouses qui constituent la descendance royale, alors que ceux de ses concubines deviennent les soldats de l’armée.

Jodhpur, la «Ville du Soleil» ou «Ville Bleue», avec son Fort Mehrangarh, l’envoûtant cénotaphe Jaswant Thada, et le magnifique palais Umaid Bhawan.

Pushkar, la «Ville du Cygne et du Lotus Bleu», dont le lac du même nom, est un lieu de pèlerinage pour les hindous, et un repaire pour les hippies de tous âges et de toute nationalité.

Mandawa, le «Musée à ciel ouvert», constitué de près de cent petits palais décorés de fresques sur leurs murs intérieurs et extérieurs.

Bien sûr, le Taj Mahal, dans l’état voisin d’Uttar Pradesh

Agra, située à 3 heures de route de New Delhi, est un incontournable lors d’un premier voyage en Inde. Qui n’en a pas rêvé, pour son extravagance, pour la raison de son existence et pour l’histoire qui suivit sa construction.

Ce gigantesque monument de marbre blanc incrusté d’onyx, de pierres précieuses et semi-précieuses, aux fenêtres sculptées qui se veulent de véritables dentelles, est en fait le mausolée de la troisième épouse de l’empereur moghol musulman Shâh Jahân, morte en mettant au monde leur 14e enfant. Il aimait follement cette femme, d’autant plus que ses deux premières épouses n’avaient pu lui faire d’enfants. Après la mort de sa femme adorée, il n’eut plus jamais de relation avec une femme.

 

Quant au mausolée, il aura fallu 22 000 travailleurs et 22 ans pour le construire. Et avant même qu’il ne soit terminé, l’empereur fut emprisonné par son propre fils.

Allez-y pour le lever du soleil… Les photos seront encore plus magiques, mais surtout, il y aura beaucoup moins de visiteurs, ce qui s’avère avantageux tant pour le confort de la visite  - moins de chaleur et moins de foule – que pour la liberté de prendre de meilleures photos de l’édifice et de ses jardins luxuriants. Même s’il peut sembler intimidant de parcourir les routes indiennes en pleine nuit…

Le Fort Rouge ou Fort d’Agra, voisin du Taj Mahal, était quant à lui la résidence de la famille royale. Sa visite est généralement comprise dans le forfait avec guide.

5 coups de cœur

En premier lieu, l’illustration concrète de la vie opulente des maharajas, de leur douzaine d’épouses et de leur millier de concubines, par des peintures, photos, sabres, trônes, bijoux, vêtements d’apparat et spectaculaires palanquins, de différentes époques.

En second lieu, l’accueil souriant et attachant des femmes indiennes dans la sphère publique, ainsi que les pèlerins enthousiastes qui se rendent aux temples et bains de purification.

En troisième lieu, les animaux en très grands nombres que l’on côtoie en tout temps puisqu’ils font partie intégrante de la vie quotidienne, qu’ils soient  vache sacrée, éléphant, chameau, singe, sanglier, chèvre, âne ou chien.

En quatrième lieu, les marchés et bazars hyper-chargés et grouillants.

Et, omniprésentes, les couleurs vives.

La suite de l’itinéraire : comme au cinéma

Malheureusement, le temps qui nous était alloué pour ce séjour ne nous a pas permis d’aller visiter deux autres villes et régions fascinantes du Rajasthan, à inscrire à votre itinéraire sans faute :

  • Jaisalmer, la «Cité d’Or», dont la forteresse constituait une étape cruciale des caravaniers commerçants qui voyageaient de l’Inde à l’Occident. Aujourd’hui encore, elle est le point de départ de fabuleux safaris d’un ou plusieurs jours dans le désert du Thar.

 

  • Udaipur, la «Venise de l’Inde»,  au caractère romantique conféré par son lac Pichola. Vous ne voudrez pas manquer de séjourner au moins une nuit à l’hôtel Ravla Khempur, qui fut entièrement rénové et qui attire une clientèle admirative depuis le succès mondial du film The Best Exotic Marigold Hotel qui y a été tourné, avec des mégastars comme Judi Dench, Maggy Smith et Richard Gere.

 

Transports et guides abordables

À profusion, les tuk-tuks et les trains sont partout et vous amènent partout.

Si l’on veut une visite guidée à travers une ville ou partir en excursion pour toute une journée à l’extérieur de la ville, ce qui est le plus souvent offert, c’est l’option «privée» : un chauffeur ou un chauffeur-guide, parlant peu ou très bien l’anglais, à bord d’une automobile individuelle climatisée.

Certaines excursions peuvent être réservées sur le web, avant le départ, ce qui est fortement conseillé surtout pour le Taj Mahal, si vous voulez vous assurer de ne pas le manquer, faute de disponibilité de dernière minute.

Pour les autres visites et excursions, il est préférable de régler le tout sur place : elles sont moins dispendieuses, mais n’oubliez pas de négocier le prix quand même.

Pas de souci : les chauffeurs de tuk-tuks font la queue à l’extérieur des hôtels, même les plus petits. Et il y a toujours une petite agence de voyage à proximité pour se procurer un «forfait d’une journée incluant chauffeur-guide-auto-billets d’entrée-repas-promenade à dos de chameau ou d’éléphant, etc.»

Climat confortable

Au moment de notre séjour – en juillet – le Rajasthan en était au début de la mousson. Ainsi, la température était confortable (entre 25 et 30 degrés), et si le soleil se montrait timide, nous n’avons connu que 3 jours de pluie sur 10. Cette période de l’année est donc plutôt recommandable pour un voyage dans cette région, car durant la saison sèche, la température risque d’être suffocante.

Jubilation Voyage Info partage avec vous ce mois-ci ce que nous avons grandement apprécié : la population, la cuisine, les habitations, les traditions et les créations du Rajasthan.

Rajasthan :

Faste et vénération

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon