En voir plus

Par Sylvie Berthiaume - Reportage à destination

Premières impressions : c’est plutôt une très étroite gorge de grès rouge, dans le ventre de laquelle on entre; on y circule comme dans un labyrinthe dont le chemin emprunte des courbes plutôt que des angles; et, mis à part le sol plat, toutes les parois qui nous entourent jusqu’aux petites ouvertures sur le ciel sont telles des vagues enveloppantes. Un rocher n’est jamais apparu si accueillant.

La moindre forme ondoyante couplée à la moindre arête ou spirale vaut une photo! Tout le monde se tait spontanément en entrant, comme dans un lieu de culte. On n’entend que des onomatopées d’exclamation chuchotées…

Expérience franchement mystique

C’est intriguant, inspirant et excitant avant même d’y entrer. Par mesure de conservation du site, et afin que ce soit agréable et calme pour les visiteurs, on ne peut y aller que par petits groupes d’une vingtaine de personnes, accompagnées d’un guide digne représentant du peuple Navajo. La compagnie qui gère le site et offre les visites guidées est en effet dirigée par le Chef Tsosie.

On nous fait monter à bord d’un long 4X4 qui descend dans le lit d’une ancienne rivière asséchée dont le sol et les falaises sont entièrement sablonneuses. Le véhicule nous amène, 5 kilomètres plus loin, à l’entrée du site tant admiré, et pour cause.

À l’intérieur, le guide nous invite à le suivre pas à pas, à la file indienne (sans jeu de mots) : directive suivie à la lettre, en toute confiance et reconnaissance. 

Il connaît tellement le lieu dans tous ses recoins que, tout en donnant fièrement des explications, il voit à la bonne circulation de notre groupe, pour éviter que l’on rencontre un autre groupe, afin de ne pas briser la magie.

 

Désert… inondable

L’Antelope Canyon est situé à Page, en Arizona. Il comporte deux gorges : la Upper et la Lower. C’est l’Upper qui est la plus visitée : elle mesure 400 mètres de longueur, par 2 à 3 mètres de largeur.

Pour le peuple Navajo, ce «lieu de l’Antilope» signifie «là où l’eau coule à travers les rochers». C’est d’ailleurs l’érosion durant des milliers d’années qui a créé cette gorge aux formes si originales.

Encore aujourd’hui, s’il pleut abondamment, on ne peut le visiter car le danger d’inondation et conséquemment de noyade est important étant donné qu’il n’y a pas de système d’évacuation rapide de l’eau. La dernière fois où une inondation s’est produite – ce qui est heureusement très rare – le site a dû fermer durant cinq mois.

Le gigantesque Lake Powell

Non loin de là, le magnifique Lake Powell, deuxième plus grand lac artificiel des États-Unis formé sur le fleuve Colorado par le barrage de Glen Canyon.  Résultat hautement impressionnant : 300 kilomètres de longueur, 3  100 kilomètres de rivages et 96 petits canyons, gorges et grottes.

C’est aussi à partir de Page où se trouve l’Antelope Canyon que l’on peut prendre un bateau pour une ballade de deux heures vers le fameux pont naturel Rainbow. On peut aussi  y louer les équipements pour pratiquer divers sports nautiques.

Arizona et Utah : temps minimum pour apprécier au maximum

L’Antelope Canyon et le Lake Powell  peuvent occuper une ou deux journées d’un voyage dans la région.

Mais pour voir l’ensemble des principaux attraits naturels de l’Arizona et de l’Utah, ainsi que quelques-uns de leurs aspects culturels, il faut prévoir au moins deux, voire trois semaines.

Auto ou excursion ?

Question de goût, évidemment. Pour plus de liberté, de flexibilité et de découvertes fortuites, on opte pour l’auto. Dans les deux États, les coûts de location sont économiques.

Pour plus d’informations, d’anecdotes, de tranquillité d’esprit et de rencontres internationales, les excursions d’un jour sont intéressantes, d’autant plus que dans la très grande majorité des cas, elles se font par petites navettes de 6 à 10 passagers. Ce sont donc des excursions que l’on peut qualifier de «semi-privées», très différentes des détestables gros bus à touristes.

Ayant expérimenté les deux lors de ce voyage, on peut dire que les deux modes sont très viables.

 

Conseils pour voir tout ce que vous voulez

Le territoire à découvrir étant vaste et populaire, il vaut mieux réserver environ un mois à l’avance, la location de voiture et les billets d’entrée dans les parcs nationaux ou les excursions d’un jour tout compris. Sinon, on risque vraiment de rater certaines visites dont on rêve depuis longtemps.

Quant aux transports par bus publics ou privés, si la réservation longtemps d’avance n’est pas toujours requise, il faut savoir que leurs horaires et la durée des trajets ne correspondent pas nécessairement avec les heures d’ouverture des parcs nationaux.

Ces conseils émanent de notre frustration et auto-culpabilité, du fait ne pas avoir pu nous rendre à The Arches et à Bryce Canyon…

Suivez-nous maintenant pour partager les visions et réflexions que nous avons eues :

  • en circulant dans la rouge et cinématographique Monument Valley;

  • en se pâmant parmi les troncs de pierre de la Petrified Forest;

  • en se penchant au-dessus du Horseshoe Bend;

  • en contemplant les sommets du Grand Canyon, au coucher du soleil;

  • en butinant dans les villes si distinctives de Flagstaff et Salt Lake City.     

 

Ébahissements à répétition garantis.

Attention... coup de foudre 

pour l'Antelope Canyon

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon